Dans mon monde la magie, n'est que du rêve qu'on a su mettre en bouteille.

Jeudi 21 août 2014 à 22:03


Plus que jamais, je t'attend. Avec l'énergie des premiers jours, l'envie des premières fois, des premiers jeux et des premières impressions. Je ne sais pas si l'on se donne jamais assez de chance. Une fois, peut-être même deux, à d'autre. On courre derrière notre vie et la pendule n'arrange en rien. C'est ridicule ! Son petit nombril d'abord, le reste on voit après. Le problème c'est qu'un corps chaud ça manque bien vite. Des pieds froids sous la couette un peu moins mais quand même. Juste assez pour nous rassurer lors d'un réveil en sursaut, nous protéger d'un regard mal placé dans le métro. Qu'on se tienne la main dans la rue comme dans les chansons de Georges Brassens. j'imagine qu'on en rêve un peu tous.


 

Alors dis moi, c'est quand qu'on nous deux ?
Notre dernière chance ?
C'est quand notre prochaine fois ?

Vendredi 17 janvier 2014 à 23:30


Décollage bis.

Cette fois pas d'embrassades, de petit air gêné au départ, de quiproquos, ni de mots en trop. Mr ne m'accompagnera pas. Il est 4h30 du matin, il fait sombre comme je le déteste, un vent à s'en glacer les veines souffle à plein régime, bien trop tôt pour prendre son envole.

Cette nuit encore j'ai rêvé de toi. De tes amis, dans ta nouvelle vie, une soirée pleine de nuances, une ambiance tout en sourire mais tu étais là et ça, ça lui enlevait beaucoup de son charme. Tes actes manqués, pas assumés, où jamais comme il faudrait. Tes sautes d’humeurs, mes erreurs et toutes ces envies inutiles. On avait dit qu'on arrêtait pourtant ..

Le soleil se lève à peine et déjà je suis de mauvais poil. Je me dois de prendre le métro, moi qui pensais flirter avec la banquette me voilà entourée de toute une faune parisienne. Qui aurait pu croire qu'il y avait tant de monde dans le premier métro du matin ? Tant pis pour les galipettes, je lui promets de revenir plus tard. Elle me fait un clin d'oeil et ça n'ira pas plus loin.

J'utilise Rayaner pour la première fois, Beauvais trop loin, accueil inexistant, trop cons, trop chiants, retard au départ, atterrissage manqué deux fois, retard à l'arrivée. Rayaner tu ne me reverras plus jamais !

Lundi 16 décembre 2013 à 0:14


Premier matin pluvieux, première envie de sécher, de se recroqueviller sous la couette. Dehors le vent me susurre de rester bien au chaud, café en main, films enclenchés. Ça ne présage rien de bon et pourtant je me lève. Je trouve la force dans le souvenir de ces quinze derniers jours. Je sais qu'Alice m'attendra devant l'école, peut-être tomberais-je sur Jordan et Gemma en chemin, sur le conducteur de bus, peut-être. Du coup je me lève. Lavée, habillée, repassée, porte fermée .. Un pas dehors et je m'envole. Première journée de pluie mais j'ai l'impression de payer pour tous ces beaux jours passés. Tant pis je ferais avec. Aujourd'hui j'ai appris que des tongs se disent flip-flop … Rayon de soleil ! Au moins un truc que je n'oublierais pas.

Jeudi 21 mars 2013 à 0:15

J'ai perdu le fil de notre histoire, en chemin, les explications, les arrangements, les paraphrases. Tu m'as fait croire qu'on aurait pu. S'aimer, comme deux amis, comme deux amants tendre et fougueux, violant mais sincères. Qu'on aurait pu tout faire. Tout construire et envoyer valser comme les gosses que l'on refoulent au fond de nous. Où sont passées toutes ces promesses, du petit doigt, faites derrière un box, sous la table ou bien du coin de l'oeil ? Le temps atténue tout ou n'emporte rien. Le souvenir de ton odeur me brûle encore la peau alors que tes proses toujours me bercent le soir avant d'aller me coucher. De temps en temps je sors la tête de l'eau, un peu à l'improviste, comme il m'est proposé de le faire. Comme cela se présente. Parfois embrasser un parfait inconnu suffit, parfois non. Je redoute alors les grosses frayeurs d'antan. Et lorsque la foule est trop danse, naturellement mes yeux se tournent vers le sol. Tes saletés de pompes rouges. Le seul signe de distinction qu'il me reste. Ca et toutes les banalités du mondes..

Mais je ne m'en fait pas.. Parce je reste persuadée, qu'un jour au réveil, j'aurais oublié qui tu étais, le son de ta voix et ce pourquoi je t'aimais. ce jour là, je pourrais enfin recommencer à faire semblant de vivre. Sans le mot nous, sans chichis. Surtout sans compromis.

Mercredi 2 janvier 2013 à 3:51


On se joue de qui l'on est, à chaque pas que l'on fait. Un en avant pour le paraître. Deux en arrière en somme. Tous tes "silences radios", ne sont que des obstacles de plus que tu lances comme à la légère. Tu ne t'en rends pas compte alors bêtement je pardonne. Et puis je m'en fiche au fond. Je disparais derrière tes mots. Sans cesse plus beaux. Semblant plus faux. Nous aimons tous plaire, dans un sens je te laisse me séduire de le façon qu'il t'incombe. Ca réchauffe le coeur durant les nuits sans lune. Je sais que le temps joue en notre défaveur mais peu importe. Six mois de plus n'y changeraient rien. C'était clair depuis déjà bien longtemps. Et toi seul ne t'en étais pas aperçu. Encore que .. j'ignore tout de ce qui se trame réellement dans ta tête. Je manque. Soit. A ceux qui ne me connaissent guère. C'en est presque hilarant ! De ce fait j'attends, patiemment ton signale, les yeux rivés sur le téléphone. J'attend mon droit à la parole. Ma piqûre quotidienne.
 

<< Allons de l'avant | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Retour en arrière >>

Créer un podcast