Dis tu caches quoi derrière tes belles phrases ?

Lundi 23 juin 2008 à 22:42



J'ai jamais compris ce que tu attendais de moi. Parfois je croyais m'en approcher mais c'était me donner trop d'espoirs. Alors j'ai fini par laisser tomber les sous entendus et je me suis acrochée à la réalité histoire de voir ce que ça changerait.
Pas grand chose en fait. Je fini par t'oulier.




Croire qu'on va se reparler après tant de temps :
" Tu me racontes quoi de beau ? Trop long à t'expliquer et surtout pas envie d'en parler, et toi ? Dépression, crise d'angoisse, un père qu'il semble bon d'oublier, pour le reste ça va. Je vois les gens et ça c'est le plus important. "
c'est tout.

Lundi 23 juin 2008 à 22:34


 

C'était un week-end mouvementé. j'adore ça.
Et c'est tout ce qu'il me fallait.
Un piano ,oui encore. Sa bonne humeure, toujours, et quelques groupes de musique écoutés au hasard des rues. Rien de plus.

On a vite fait d'oublier le reste lorsqu'un pianiste automate joue en duo avec sa violoniste. On a vite fait d'oublier que dans quelques mois tous partirons de leurs côté. Nos pleures accordé à la lecture de ces simples mots. Que certains ne garderons pas contacte. Les saxophones qui vous font réapprendre à aimer la musique, les saxos et l'harmonica aussi. Oui on à vite fait d'oublier ce qui n'est pas arrivé quand on est au milieu de tout ça.
 
Nous on était là sans toi. Je me souviens de tout ce que tu n'as pas pu entendre. Pas de la dernière fois où, seulement de leurs réclamations à deux francs six sous, seulement leurs remarques, et les rires qui s'en sont suivies. Je te dirais bien qu'il est temps de laisser tomber si je n'avais pas si peur des répercutions. Je me fais toujours si mal en t'appelant et je crois bien que je t'en fais autant. Même si je sais que j'ai plus besoin de toi aujourd'hui que n'importe quand d'autre.

J'aimerais qu'elles te prêtent à moi de temps en temps, mais bon cette fois, et si c'est pour les tigres, alors on ne dira rien. Dis tu mécouteras te raconter mes peines plus tard ? Quand t'auras le temps ? Oui plus tard, je sais.
Il y a eu de l'amour un peu, des caresses, de l'amitier. De la jalousies et des remarques à moins que ce ne soient des reprochent, de la haine, du sang aussi. Des pleures à trop en rire, beaucoup de bonne humeure à en vomir. Oui c'était vraiment un bon week-end.
Il le fût plus encore suivit de ton appel.
Contente de revivre. Un peu.
De le revoir. Beaucoup.

 

 

 


Jeudi 12 juin 2008 à 17:39



J'ai toujours vu son regard comme au travers d'un ordinateur.

Que ce soit à Montmartre, aux restaurants, ou encore allongés dans les plaines de Dordogne. C'était ses yeux qui se déplaçaient de droite à gauche, la lumière blanche de l'écran qui lui donnait un teint blafard, son sourir qui semblait distant pourtant, mais il était présent. Ne serait-ce qu'en apparence. Chaque fois qu'il relevait la tête, c'est comme s'il revennait d'ailleur. On avait l'impression que son regard disait "Quoi, j'ai manqué quelque chose ?" Alors je souriais le temps de ne pas l'affoler. Puis il retournait de là où il vennait, pour reprendre ce qu'il avait laisser pour venir m'écouter.

Mercredi 11 juin 2008 à 16:25

Le bac arrive à toute vitesse, du moins il parraîtrait.
Les révisions prènnent le pas sur le quotidien.
La fatigue se fera sentir un peu plus demain.
Et le vent n'emporte plus rien.

Mais essayons de placer tout ça dans un coins pour le moment. Oublions quelques temps le passé, les tracas, l'avant. Mettons de côté les chapeaux, le violet, le fait que c'était notre fête de fin d'année. Cessons de croire que demain tout ira mieux, que je saurais quoi faire plus tard, qu'il m'écrira. Cessons d'y croire mais ne plongeons bas non plus. Pensons juste à nous pour une fois. Faisons le point sur qui est advenu de notre vie depuis bientôt dix-huit ans, ne réfléchissons pas aux conséquences. Ayons juste une vision haute des choses, histoire de ne plus les voir en contre-bas pour une fois. Faire le vide pendant plusieurs minutes. Maintenant fermer les yeux. Rester ainsi un instant. Non ne les rouvraient pas, tout risquerait de s'envoler. Et vous avec.

Une seconde.
Un minute.
Une heure, Voir deux si besoin est.
Attendre encore un peu.
Voilà.

Maintenant vous pouvez vous réveiller.
Levez vous et allez voir dehors si il fait beau. Allez parler à ces gens que vous tentez d'ignorer en temps normale. Racontez leurs tout ce qui vous passe par la tête. Dites leurs comment vous en êtes arrivé là. Avouez leurs à quel point c'était dur. Voyez ce qu'ils en penseront. Ne vous remetez pas en cause, mais recommencez tout doucement à vivre.

Même si vous êtes remis en échec.

 



 

Dimanche 1er juin 2008 à 21:28


Je me serais désintégré sous ses yeux, dans un éclair de lumière violette, en mille et trois morceaux qu'il ne l'aurait pas remarqué. Mes cris auraient été si strident soient-ils, son oreille la plus proche possible, qu'il n'aurait pas réagit. De même avance le monde. De même s'en va la vie. Et personne ne dit rien.

De la poésie, du Jazz, symphonie, un air de piano, une guitare qui décolle, des voix sont dévoilée. Déclaration cachée, ses airs de médinaces, juste un regard furtif. Ne plus penser au reste. Compréhension d'un passé que l'on voyait trop moche, des pleurs pour tant de choses, me redonner le sourire, lâcher du leste surtout, lâcher beaucoup de leste. Respirer. Enfin. Les observer que trop. Apperçut d'une vie, peut-être d'un autre temps, mais si belle malgré tout. Une fatigue qui fait mal, aller au bout des choses, se surpasser quand même. Souffrir à n'en rien dire.
Son petit rire en coin, ses yeux brillant de neige, un air qu'il sait coquin, cette musique qui revient. Elle ne le lachera plus.

Tu es né dans trois jours.

La vie reprend son court.

Je la suis de très près.


 

 

<< Allons de l'avant | 1 | 2 | Retour en arrière >>

Créer un podcast