"La vie est ce qu'elle est." (inspiration Hyppolitienne)

Mercredi 15 décembre 2010 à 23:07


Je ne comprends pas toujours les réactions des gens. Parfois j'en attends pas assez. Bien souvent trop. Et je tombe d'un peu trop haut.

On s'entrecroisent plus que l'on ne l'a jamais fait. Il est toujours aussi "éléguant" si je puis dire. En fait il me papillonne. Je ne sais pas d'où, ni pourquoi, mais il a ce quelque chose que d'autres n'ont pas. Et quelque soit le "lourd" passé, quelqu'un qui te papillonne, c'est important. D'ailleurs on retrouve encore chez moi quelques vestiges de notre courte mais vive histoire. Un cactus sur mon balcon. Une grenouille pour fond d'écran. Il a même sa place dans mes souvenirs encadrés.
Etrangement il y a des jours où j'oublierais totalement qu'il ai pu exister. Et puis il y en a d'autres jours comme aujourd'hui, où l'on s'entrecroisent plus que jamais. Où les mauvaises habitudes sont prêtes à ressurgir, d'un coup de bras. Où je le recherche. Tu me dira, les rôles semblent être partagés. Mais bon. J'imagine que quelques part, je retrouverais bien mon Crapo, son mystère, nos bêtises et son incohérence à mes yeux, puisque à l'époque je ne savais pas tout. Et puis d'autres fois ressurgis la bêtise humaine, un air vagabond, rieur plus que sur les bords et un "tu m'as pris pour qui ?" à t'en foutre à la benne. Tout juste de quoi me rappeler les circonstances qui ont faites que. Quelque part j'ai jamais bien trop compris les relations humaines. Celles qui suivent une lois qui dit que deux personnes qui furent pourtant si proche, peuvent du jour au lendemain, d'un simple regard tenter de fusiller l'autre.


Je ne comprends pas toujours les réactions des gens. Parfois j'en attends pas assez. Bien souvient tropDu coup je tombe d'un peu trop haut.



On s'entrecroisent plus que l'on ne l'a jamais fait. Il est toujours aussi "éléguant" si je puis dire. En fait je crois qu'il m'a toujours papilloné. Du moins autant que puisse papilloner un crapeau.

http://purpleheart.cowblog.fr/images/il430xN19786000.jpg
 

Mercredi 8 décembre 2010 à 20:09


Parfois le temps s'emballe, le vent, le froid se mêle à la pluie et tout tourbillonne.

Cette après midi, une quelconque pensée vaguabonde, me faisait tourner la tête vers l'extérieur. Une fois de plus. Un instant je cru la fin du monde arrivée. Dehors la tempête, le vent, la neige. Durant plus de 4 heures sans interruption. Parmi les apeurés, emmitouflés, cagoule jusqu'aux genoux, on pouvait apercevoir les inconscients, les mini jupe, bottines, boules de neige à main nues. Ca partait dans tout les sens, des glissades d'un côté, les frileux de l'autre, les dessins sur le sols et au milieux les bonshommes de neige qui observent la scène d'un oeil agar. A la tombée de la nuit, les voitures n'avançaient plus, les gens s'enfonçaient dans la mêlasse grisonnante en pouffant fort, mi heureux, mi énervés, du cadeau que leurs offrait le ciel cette année.

Parfois comme aujourd'hui, le temps s'emballe un peu et plus rien n'est contrôlable. Sous le brouillard et la poudreuse, Paris disparaît alors, s'enfonçant un peu plus dans les méandre de l'obscurité hivernale. Rendant la ville un peu plus magique que ce qu'elle n'est déjà.

Jeudi 2 décembre 2010 à 21:27


il n'a neigé pas plus de 10 quelques secondes. Quelques secondes suffisantes pour tout effacer. Tout gommer. Toutes les traces, toutes les saletés. Toutes les erreurs des heures passées. La neige c'est un peu comme la pluie, en plus froid et plus blanchie. Ca vous tombe dessus, un matin, ou un soir, sans crier gare. Ca vient sans bruit, à pas de loup. Sans un mot. Ca émerveille tout le monde. Normale, alors que ce n'est pas grand chose en fait. Mais c'est surtout que ça faisait presqu' un un an, qu'on en avait pas vue.

Bonjour Mr,
Comment va le monde de votre côté de la Terre ? Très bien et vous ? Ecoutez, pas grand chose d'inhabituel. Une routine. Pas forcément ennuyeuse, non, mais une routine quand même. Hier, en revanche, au levé, il a neigeait. Et j'ai cru que tout d'un coup, la vie m'offrait un cadeau. Pas un pas dans l'épaisseur blanche, plus un son, personne aux alentours. Comme si l'on me dédiait tout cela personnellement .. Dix minutes plus tard en descendant l'allée, je feignait de me gameler. Je me mis alors à maudire ce même cadeau que la vie avait cru bon me faire. Quelles sottises ! Vous voyez Mr, il est de ces cadeaux, de ces choses ou instants passés, que l'on ne peux qualifier de bons, ou de mauvais. Un jours ils peuvent nous faire souffrir lourdement, là où dans d'autres circonstances, ils nous rempliraient de bonheur. Il y a d'ailleurs, une fable qui compte bien mieux que moi tout celà, avec un grand_père, un âne et bien d'autre choses encore mais impossible de me rappeler le titre. Bon sang, de bon soir, demain lorsque la lettre vous aura été envoyée, cela me reviendra comme une illumination ...'fin bon. Tant pis ...

Vous voyer bien, finalement tout ça, n'était pas grand chose. C'est juste un moment. Un simple et infime moment à l'instant t, mais c'est celui que j'ai choisi de vous faire partager. Et rien que pour ça, c'est ce qui fait qu'il en devient important !

Violette

<< Allons de l'avant | 1 | Retour en arrière >>

Créer un podcast