Je ne suis qu'une simple fille de plus sur une liste. Placée, entre les noms de celles qui ont peut-être comptées.

Mardi 26 mai 2009 à 21:49



Je t'accorde le bénéfice du doute. Demain soir nous dinerons ensemble.
J'ignore si je fais bien, si je ne regretterais pas à la seconde même où tu m'abandonneras sur le palier, mais je tente. Je tente le coup parce qu'il parraît que l'on à jamais rien sans rien et ne possédant plus grand chose j'ai plutôt tout à y gagner. Demain il ferra beau il ferra chaud, et on jouera avec le feu. Une bonne journée je crois. Comment cela finira, on s'en fout !
Tu as voulu me faire croire que toute relation quelle qu'elle soit n'était pas forcément à jeter. Que certaines doivent être manipulé avec le plus grand soin. Je ne sais pas trop à quoi tu t'attends, moi à une surprise. J'espère tellement que je préfère ne rien te demander. Les choses sont mieux ainsi. Du coup ne t'étonnes pas si j'en viens à fermer les yeux. Je les fermerais parce qu'un jour on m'a appris à lire les regards et depuis ça me picotent assez souvent. Quand ils ne sont pas noirs, ils sont sadiques. Quand on les croit tendre le pire est de ce rendre compte qu'ils sont seulement intéressés. Alors je fermerais les yeux pour maintenir l'illusion jusqu'au bout. Pour que seul l'issue finale ne me soit dévoilée. Je les fermerais pour ne pas me faire de fausses idées, pour ne rien précipiter, et surtout au cas où, toi aussi un jour, l'on t'aurait appris à lire dans les regards.

Lundi 25 mai 2009 à 14:57


L'ignorance nous paraît toujours détestable tant que la vérité ne nous est pas dévoilée.


http://purpleheart.cowblog.fr/images/1/trainpendu.jpg

Jeudi 21 mai 2009 à 21:45


- La vérité c'est qu'elle n'existait pas pour nous.
On la voyait comme la petite gamine qui traînait toujours dans nos pattes. La gamine qui l'ouvrait trop souvent pour ne rien dire, surtout pour nous déranger. Plutôt maligne, peut-être trop et c'est sûrement ce qui nous dérangeait le plus, nous les "Grands". Faut dire que ça la foutait plutôt mal dans la coure de se faire reprendre par une petiote de trois ans notre cadette. Ca le faisait vraiment pas. Alors on la maltraitait un peu. Enfin on l'emmerder quoi, dès que l'occasion se présentait. Et quand elle ne se présentait pas ... on forçait un peu les choses. *Sourire malsain.* Je persiste à dire que c'était pas bien méchant, on avait notre rôle à tenir quand même. Ah oui je vous avais pas dit ? On n'était pas seulement les "Grands", on était aussi les Caïds du bahut. Les cool quoi, ceux à qui tout le monde voulait parlait, le groupe auquel les gens voulait appartenir. On faisait la loi quoi. Et avec cette mioche dans nos pattes, qui nous suivait comme un chien, faut dire que notre réputation en avait pris un bon coup. On avait plus l'air de grand chose, passé de ceux qui se moquaient, à ce dont on se foutait. alors oui forcément on avait des raisons de .. ouais enfin on aurait pu. Mais c'est pas nous. On n'en avait juste rien à faire de cette petite.

http://purpleheart.cowblog.fr/images/1/ooh.jpg

Mercredi 20 mai 2009 à 21:16

 
Mentir en toute connaissance de cause.
A quoi bon quand rien n'est à gagner ou à perdre ?
On ne peut pas agir à la place d'autrui et prendre parti n'améliore rien

Dimanche 17 mai 2009 à 16:51


Alors forcément on s'engueulait souvent. C'est vrai que je t'aimais sans jamais te le faire entendre, que ta jalousie m'amusait quand je ne savais que dire d'autre. Mon humour était plutôt incompréhensible, et l'on ne se comprenait pas toujours. Il est bien vrai que je te jouais de sales tours, je crois même que je te piquais toute la couverture. Tu respirais un peu fort, moi j'avais les pieds froids et je trouvais que c'était dans l'ordre des choses. Je te prenais souvent le tête mais c'était pour ne pas montrer que tu m'impressionnais.
Forcément.

Mais il y avait tout le reste.
Et on l'a si vite oublié que ça m'en retourne le ventre.

<< Allons de l'avant | 1 | 2 | Retour en arrière >>

Créer un podcast