il y en a qui tente à échouer et d'autre qui échoue à tenter.

Dimanche 28 août 2011 à 2:38

 
Lorsque demain tu leurs diras la vérité, n'oublies pas de bien expliquer les faits. Le pourquoi du comment. Le comment du pourquoi. Et tout le reste. Dis lui qu'elle n'y ai pour rien, ne lui ment pas après tout, elle mérite bien la vérité. Ce qui fut d'abord un simple accident, s'est malencontreusement transformé en romance. N'oublis pas. Lui aussi à le droit de savoir. Que ce qui commença lors d'une étrange aventure, n'étais en fait pas un si beau début d'histoire. Explique leurs, toi qui pense en être capable. Toi qui sais tout, puisque tu crois si bien faire les choses. Ne parle de moi que pour ce dont tu es sûr. Le reste je m'en charge. Quel intérêt, d'aller remuer des choses dont on a déjà parlé. Sincèrement. Franchement ? Des fois c'est à ne plus te comprendre. Tu me diras depuis si peu, il aurait été étonnant du contraire. Ne gâche pas tout je t'en pris. Je risquerais de ne pas apprécier. Ca m'embêterait beaucoup que tout se termine aussi byzarement que cela à commencé.

Dimanche 28 août 2011 à 2:24

 
Ce soir c'est la fatigue qui m'entraîne, moi je ne fais qu'exécuter :

Certains le dirait un rien trop jeune et malgré tout, c'est lui qui chaque soirs me faisait tenir le coup. Parce qu'on est toujours trop ou pas assez par raport à quelque chose d'autre. Mais quand advenait l'heure des lamentations, lorsqu'autour de nous n'existait alors plus qu'êtres infâmes, dépourvus de leurs sens premiers, d'équilibre et de bon sens, je ne m'accrochais qu'à lui. Néanmoins plus sobre que le reste, au contraire c'était sans doute le pire. Mais allez savoir pourquoi il m'apaisait. Que ce soit sa voix rauque que l'on n'entendait guère en journée ou ses yeux bleus lagon presque fluorescent la nuit, je savais qu'en me pausant à ses côtés, j'oublierais tout. Le pourquoi j'étais là. Mes choix futurs mais bien trop proches à mon goût. Les autres et la gène même que me procurait d'habitude son sourire redondant sur sa face de petite tête blonde. Je suis persuadée qu'il ne se doutait de rien. Ou alors si peu, qu'il n'y prêtait pas garde. De prime abord nous n'avions pas tant en commun et pourtant comme toujours lorsque l'on creuse, sous l'effet d'une quelconque attirance, l'on trouve toujours. Les arts de rues, une certaine philosophie. Une attirance surtout. Aussi étrange qu'il n'y parait, Monsieur n'est pas bien vieux. Au final c'est bien quelques printemps qu'il a de moins. Plaît il ? Oui assurément. Alors qu'est ce que quelques printemps lorsque l'on n'est qu'animer par nos instinct les plus primaires ?

Il est 02h09 seulement du matin, et j'écris sans savoir. J'aime cette sensation d'apesanteur. Lorsque l'on a plus besoin de chercher ses mots, puisqu'ils se trouvent d'eux même. Maintenant il est 02h11 du matin et j'ai presque l'impression qu'il viendrait me rejoindre dans mon lit, si là tout de suite, je fermait les yeux très fort.
 

Mardi 23 août 2011 à 21:41


Benjamin Biolay "Ton héritage"

Quelques part, perdue au delà du bout de la Bretagne, passé le port de l'Orient, le Bateau et la mer plus ou moins agitée, se trouve une petite île que l'on pourrait croire oubliée de tous. Une sorte de paradis à elle toute seule. Monde à part, à l'écart de la société, en marge presque des autorités. L'ile de Groix, où il fait bon vivre par tous les temps et où tout semble possible. Y cohabitent, rencontres abracadabrantesques et inquiétantes. Les gens que tu crois avoir vus, ceux dont tu ne te rappel plus et ceux que tu ne veux pas perdre de vue. Mais il y a aussi les pommés dans leurs vie et ceux qui ne savent faire autrement qu'errer de vies en vies. Les Groisillons aux milieux de tout celà, qui observent de loin parfois pour mieux se mêler à la foule de touristes que nous sommes. D'autres fois pour rester simples spectateurs. Sur Groix il y a ceux qui osent et ceux qui osent tout. Ceux qui n'ont pas peur et ceux qui se lâchent carrément. Ceux qui ne reviendront pas et ceux qui resteront chaque année un peu plus. Mais en résumé il y a ceux qui aiment Groix et ceux qui ne connaissent pas !
 
http://purpleheart.cowblog.fr/images/groix10.jpg

Bientôt tt sera fini, le réveil sonnera aux alentours de 6h30 du matin et il faudra aller bosser. Mais il y a des souvenirs qui persisteront tous les soirs, des restes de ces vacances plein la tête, des paysages plein les yx et des rencontres plein le coeur ... Merci à tt ceux qui ont participé à mes vacances cette année de fin juin à fin aout :D à jamais sûrement parmis les meileures et les plus belles !

.
.
.

Ah oui et puis payes ta chatte allé allé, Free Hugs, la MD ça fait mal aux maxillaires mais surtout GROOOOOSSSSSEEE PEEELLLEEEEEE !
Je vous aime :p parce que quand ca va bien, faut le dire aussi.
 

Lundi 22 août 2011 à 16:24

 

J’ignore ce que me réservera l’avenir. Les prochaines semaines seront sûrement pleines de fêtes, de déchéance et d’inconscience mais au-delà c’est le néant.

Quelques pars j’en rêvais. Avoir carte blanche, ne pas se prendre au sérieux, du moins se laisser aller. Ne se préoccuper que du strict minimum. Manger, avoir un toit où dormir, vivre dans la continuelle bien aisance. Ça semble facile comme ça mais au final rien n’est moins sûr. Entre la course à l’amassement d’argent, le boulot, et les responsabilités, il est parfois difficile d’y trouver sa place.

 

 

<< Allons de l'avant | 1 | Retour en arrière >>

Créer un podcast