Je ne suis pas devenue folle, j'ai juste arrêté de faire semblant d'être normale.

Dimanche 27 décembre 2015 à 23:50

 
Même pour quelques heures ça valait le coup.
Te revoir après toutes les péripéties que la vie nous avait imposée. Après ces 2 affreuses années, dans cette école de tordus, de demeurés. Les whisky sur le plancher de ton appartement, les sauts dans le vide, le piano de ta grand-mère. Après les ballons à l'hélium qui font rire, les escapades en foret, les fleurs accrochées à ma porte. Même après ces pleurs devant les marches de ton escalier.
 
Je n'attendais rien de plus que ce que tu m'as gracieusement offert. Rien de plus que cette tendresse passée, passion atténuée par les années de voyages inespérés, amour indécis, adoucie des souvenirs d'entant. Mon hiboux des vieux dessins que j'entasse au fond de du garage. La boucle jaune en moins. Même idéologie, même rêveries, même étincelle de vie au fond des yeux.
 
Souvent j'en ai eu des flash-back de nos destins entremêlés de trop plein. De toutes ces fois où je perdais la boule, ces inconsciences qui me faisait paraître la fille que je n'étais pas vraiment. Et toi qui m'enlaçait. Tu me pardonnais non pas mes enfantillages, mais la maladie qui m'ensevelissait. Tu ne disais pas "c'est pas grave" mais plutôt "tu oublieras". Tu me prenais comme j'étais et avec le peu que j'étais capable d'offrir. C'est pour cette même raison que tu peux me revoir ce soir, sans mauvais pressentiment.
 
En me préparant tout à l'heure, je revoyais toutes ces mésaventures qui ne me ressemblait plus. Déjà la peur montait graduellement avant même d'avoir mis un pied dehors. Le reconnaîtrais-je ? Aura t'il changer ? Serais je si différente ?
La porte à peine poussée, je retrouve son odeur. Etrange de se dire qu'après 5 ans d'ignorance, on reconnait quelqu'un à son parfum. Il ne me laisse pas le temps de prendre conscience, m'enlace amicalement. Ca faisait si longtemps ..
 
J'écoute ses histoires, me remémore les souvenirs qu'il me propose, entend ses plaintes. Cette fois je prend notes de tout. Je n'oublierai rien de cet instant si particulier.  De ses lèvres, tout me semble important, le monde tourne différemment quand il parle et moi je n'avais rien compris. Quand il me serre contre lui pour la presque dernière fois, ça me déchire les entrailles. Une fois encore je ne sais pas comment le retenir. Et une fois encore, je n'en ai aucun droit. Il manque la robe de satin rouge.

Je suis ses pas dans l'escalier, jusqu'à la dernière marche, jusqu'au bruit de son vélo dans l'entrée.
Jusqu'à ce qu'une fois encore, j'entende la porte lourde claquer derrière lui. 
 

Moments d'égarements

Ayez une pensée vagabonde

Par http://www.avilia-bricolage.fr le Mercredi 6 janvier 2016 à 8:32
Contacter l'auteur
Par http://www.maths-argentan.fr le Mardi 19 avril 2016 à 10:34
Dans un mauvais réveil et l'absence de discussion.
Par Maillot De Foot Pas Cher le Vendredi 30 septembre 2016 à 9:09
Il ne me laisse pas le temps de prendre conscience, m'enlace amicalement.
 

Ayez une pensée vagabonde









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://purpleheart.cowblog.fr/trackback/3275603

 

<< Allons de l'avant | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Retour en arrière >>

Créer un podcast